,

Chanson douce et polar japonais

Chanson douce, de Leïla Slimani – ♥♥♥♥♥

 

Dernier prix Goncours, Chanson douce est seulement le deuxième roman de sa jeune auteure franco-marocaine. C’est un coup de coeur, j’ai lu ce livre en deux traites (en format numérique, d’où l’absence de photo). Je vous le conseille vivement si vous cherchez une lecture assez courte qui ne vous laissera pas indifférents…

L’histoire est celle de Paul et Myriam, couple de bobos parisiens trentenaires. Ils ont deux jeunes enfants. Myriam souhaite reprendre son travail d’avocate, étant profondément frustrée par sa vie de « femme au foyer ». Ils commencent donc une quête de la nounou parfaite, ils veulent bien faire, donner le meilleur à leurs enfants sans pour autant se restreindre à leur statut de parents…

L’élue se nommera Louise, une femme qui répond à priori à toutes leurs attentes, la nounou idéale en apparence. Pourtant, dès la première phrase, on apprend que « le bébé est mort » et on devine le rôle de cette femme dans ce premier tableau macabre. Une fois le choc dépassé, on remonte le temps et on observe au fil des pages la description très juste, sans fioritures et avec un style concis et minimaliste, de la vie domestique, des préoccupations ordinaires et quotidiennes de jeunes parents, la confrontation de leur monde plein d’ambition et de fraîcheur, avec celui de « l’employée » à laquelle ils ouvrent les portes de leur intimité mais qui n’est là que pour les servir, et puis surtout la dérive progressive et sournoise qui mènera cette famille au drame.

C’est un très un bon livre au sujet dérangeant et touchant à la fois (il est d’ailleurs inspiré d’un fait divers américain), qui mérite son prix à mon avis et qui m’a fait découvrir cette auteure que je vais suivre de près dorénavant !

keigo higashino

Le Dévouement du suspect X , de Keigo Higashino – ♥♥♥

 

Un peu comme dans « Chanson douce » de Leïla Slimani, on découvre dès le départ le coupable du crime dans ce polar japonais. Il s’agit de Yasuko, une jeune mère divorcée menant une vie paisible à Tokyo. Son ex-mari ressurgit soudainement dans sa vie et la harcèle jusqu’à ce qu’elle en arrive à le tuer lors d’une dispute dans son appartement, avec l’aide de sa fille.

Ishigami, leur voisin, un mathématicien surdoué, très solitaire et secrètement amoureux de Yasuko, leur propose alors son aide pour camoufler le meurtre et en faire une énigme à résoudre pour la police. C’est là que réside tout le suspense du roman, on comprend peu à peu la manière dont Ishigami dissimule le meurtre et on suit l’enquête policière sans savoir si le mystère sera élucidé.

Ce n’était pas un énorme coup de coeur pour moi mais j’ai beaucoup apprécié cette lecture. L’écriture de l’auteur est empreinte d’une atmosphère typiquement nippone, le style étant très épuré avec des passages pleins de poésie… Le dénouement est également très touchant,  et les personnages bien construits… Une belle découverte !

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Share

You May Also Like

3 comments on “Chanson douce et polar japonais

  1. Super revue littéraire, ça donne envie de lire 🙂

  2. Je ne résiste jamais au style des plumes japonaises… Du coup, je vais peut-être me laisser tenter quand même XD

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *